Portrait

Jean-Michel Olivier

En direct du fleuve

Jean-Michel Olivier

Le portrait En direct du fleuve, c’est un rendez-vous avec une personne qui développe un lien particulier au Rhône ou à la Saône.
L’esprit des portraits : aux mêmes questions, différentes réponses nous donnent par ricochet, de nouvelles vues sur le fleuve !
Jean-Michel Olivier est biologiste au CNRS et travaille dans le cadre du programme de restauration du Rhône.

Bonjour Jean-Michel Olivier, pouvez-vous vous présenter en quelques lignes et nous parler du lien que vous avez avec le Rhône ?

Je travaille au CNRS dans une unité de recherche dont la thématique est l’écologie des grands fleuves avec comme modèle d’étude le Rhône en particulier.
Dans ce cadre, mes travaux de recherche, débuté en 1985, portent sur la biologie et l’écologie des poissons dans les rivières et les milieux fluviaux ainsi que sur l’évaluation des procédures de réhabilitation écologique du fleuve.
La complexité de la biologie des poissons et leurs interactions avec leur biotope dans un environnement fluvial en constante évolution questionnera encore longtemps les biologistes …

Donnez-nous trois ou quatre adjectifs pour décrire le Rhône.

Grand, puissant, régulé, dégradé

Quel est votre meilleur souvenir avec le Rhône, ou un autre cours d’eau ?

Comme tous les types de milieux, les paysages fluviaux changent au fil des saisons… avec les pluies et la fonte des neiges, les débits augmentent, les écoulements dans les chenaux s’intensifient, les galets se mettent en mouvement, les arbres sont arrachés et transportés au fil de l’eau, la puissance du fleuve nous impressionne.
Dès le printemps, la biodiversité s’exprime, les espèces se reproduisent, les nouvelles générations s’installent, le fleuve est accueillant.
Lorsque l’automne arrive, les couleurs changent, les oiseaux migrateurs entament leur long voyage, le lit du cours d’eau s’habille d’un brouillard de coton, la quiétude s’installe… et les années se suivent et ne se ressemblent pas.
Voyager sur le fleuve au fil des saisons, apprendre à regarder, écouter, reste un plaisir majeur, même après toutes ces années d’observation.

Avez-vous un fleuve préféré ? lequel ? pourquoi ?

On pourrait citer l’Amazone, pour son bassin versant et son débit impressionnant, la dimension des paysages fluviaux, la biodiversité associée… mais j’aime aussi beaucoup les petits fleuves des iles tropicales, certains sont encore très sauvages, capricieux ; il est possible de les descendre en peu de temps car ils sont souvent courts mais la diversité et la beauté des paysages traversés sont généralement d’une richesse insoupçonnée.
Et cerise sur gâteau, les espèces qui les peuplent ont souvent des particularités qui attisent la curiosité des biologistes…

Quel avenir imaginez-vous pour le Rhône ?

Les usages du Rhône sont importants, diversifiés et leur gestion doit s’inscrire dans une politique destinée à préserver la qualité du fleuve, la disponibilité et la qualité de la ressource en eau…
Dans un contexte d’évolution climatique très contraignante (modification des régimes hydrologiques et thermiques), d’urbanisation et d’industrialisation du corridor fluvial, l’avenir du fleuve est difficile à prévoir.
Les dispositions réglementaires vont dans le sens d’une « gestion durable des milieux et des ressources » mais les évolutions climatiques et les décisions politiques peuvent contrarier ces objectifs.
Les actions de réhabilitation écologique entreprises depuis près de 20 ans produisent des effets positifs sur l’écologie du Rhône. Néanmoins, la dynamique fluviale reste extrêmement contrainte par les aménagements et les usages.
L’âge d’or du Rhône est derrière nous…

 

Parmi celles qui vous sont présentées, quelle citation préférez-vous ? Pourquoi ?

LA POLITIQUE

 

C’est en allant vers la mer que le fleuve reste fidèle à sa source
Jean Jaurès

Tracer sa vie en accord avec ses valeurs …

 

  • Vieux Rhone de Belley © Jean-Michel Olivier

    Vieux Rhône de Belley (département de l’Ain)

  • Vue du Rhône en Chautagne © Jean-Michel Olivier

    Vue du Rhône, en Chautagne

  • Jean-Michel Olivier

    Jean-Michel Olivier