Portrait

Émilie Wichroff

En direct du fleuve

Emilie Wichroff © directrice syndicat haut rhone

Le portrait En direct du fleuve, c’est un rendez-vous avec une personne qui développe un lien particulier au Rhône ou à la Saône.
Aux mêmes questions, différentes réponses nous donnent par ricochet, de nouvelles vues sur le fleuve ! Émilie Wichroff est directrice du Syndicat du Haut Rhône et de la Réserve naturelle Nationale du Haut Rhône.

Bonjour Émilie Wichroff, pouvez-vous vous présenter en quelques lignes et nous parler du lien que vous avez avec le Rhône ?

Cela fait maintenant 10 ans que j’ai la chance de travailler à la préservation de ce fleuve majestueux … que je découvre encore chaque jour !
Native de la région, quand j’étais enfant  j’ai eu l’occasion de venir au bord du Rhône ou de faire du bateau sur ses eaux bleu turquoise …. Loin de me douter à l’époque que ce haut lieu de biodiversité et de naturalité, malgré tous les aménagements anthropiques, serait mon terrain quotidien. Côtoyer le Rhône permet de se rendre compte de sa puissance, de son caractère indomptable, de son inéluctable présence au sein des territoires qu’il façonne.
Et comme tous les grands fleuves du monde, il est source de vie.

Donnez-nous trois ou quatre adjectifs pour décrire le Rhône

Indomptable : le Rhône comme tous les cours d’eau ne peut être dompté, asservi, canalisé par les aménagements de l’Homme, car il répond aux cycles naturels et climatiques, indépendants ou presque …. des activités humaines.
Structurant : il est au cœur des paysages qu’il traverse  et que ses différents cours ont façonnés au cours des siècles. Les infrastructures modernes qui utilisent ses eaux (barrage, centrales nucléaires …) sont autant d’éléments anthropiques paysagers des territoires.
Sauvage : dans les secteurs présentant une très forte naturalité, les paysages sont d’une très grande beauté, la faune et la flore omniprésentes !

Quel est votre meilleur souvenir avec le Rhône, ou un autre fleuve ?

Une descente en canöe-kayak dans les lônes du Rhône, en version forêt amazonienne ;
Des centaines de grues hivernantes sur les prairies inondables du Val d’Allier ;
Les cabanes de pêcheurs sur pilotis sur les berges du Danube, dont la largeur du lit est 5 fois celle du Rhône …

Avez-vous un fleuve préféré, lequel, pourquoi ?

L’Amazone parce qu’il me paraît tellement impénétrable que je rêve de le découvrir.

Quel avenir imaginez-vous pour le Rhône ?

Un avenir équilibré où l’Homme et le fleuve seraient en harmonie, chacun se considérant à sa juste valeur, se rendant des services mutuels, se respectant afin de pérenniser les ressources, se redonnant de la liberté tout en protégeant les personnes.

Le principe est de fournir une photo ou une image du Rhône ou d’un autre fleuve que vous appréciez particulièrement. Et nous dire pour quelle raison avez-vous fait ce choix ?

Sur cette photo, j’aime la façon dont les arbres de la forêt alluviale viennent embrasser le fleuve comme pour le protéger !
J’aime aussi particulièrement cette photo, car sur ce secteur du fleuve, il n’y a quasiment plus d’annexes hydrauliques ou chenaux secondaires, c’est donc une relique … qui a fait l’objet de travaux de restauration.

Parmi celles qui vous sont présentées, quelle citation préférez-vous ? Pourquoi ?

L’ANTIQUE

On ne se baigne jamais dans le même fleuve.

Héraclite d’Éphèse

Il est primordial pour gérer un cours d’eau, de garder à l’esprit que l’écosystème aquatique est toujours en mouvement, en perpétuel changement, ajustement.
Il s’agit d’un continuum spatio-temporel.
Les notions amont-aval et bassin versant, prennent alors tout leur sens dans cette citation.

Médias associés

Ouvrir la galerie
  • Lône du Brotalet © SHR

    Lône du Brotalet